[Interview] Popa Chubby

[Update] Trois ans plus tard, cette interview de Popa Chubby reste ma préférée. Ce jour-là, j’ai découvert un artiste avec un cœur gigantesque, un sens de l’humour désopilant, une culture musicale très proche de la mienne, comme un genre de grand frère mélomane. L’interview s’est très rapidement convertie en conversation amicale pendant laquelle nous nous sommes découverts de très nombreux points communs. Popa Chubby est un artiste à part, avec une vision de la musique presque spirituelle. Sa voix est incroyable, son sens du rythme et son jeu sont à couper le souffle. Soutenez-le autant que vous pouvez, allez le voir en concert, achetez ses albums ! Des artistes comme lui, on n’en croise pas tous les jours ! :D 

 

Il y a quelques semaines, Popa Chubby était de passage au Trianon pour un concert fort en émotions. Le lendemain, il me recevait dans son hôtel pour une discussion fabuleuse d’1h30. Morceaux choisis…

 

labrucette-entretien-avec-popa-chubby

 

Hier soir, tu donnais un concert au Trianon devant un public envoûté. Tu viens très souvent à Paris. Que représente cette ville pour toi ?

Les parisiens sont un public unique. La première fois que j’ai joué à Paris, c’était en 1996. C’était magique ! Il y a quelque chose de particulier dans cette ville, dans la musique, dans les gens. Hier soir, j’étais très ému. Tu sais, quand tu es gamin et que tu rêves de devenir musicien, tu te fais une idée précise de ce que tu veux. Hier soir, c’était exactement ce dont je rêvais plus jeune. Il y a quelques dates sur la tournée qui sont vraiment intenses et Paris en fera toujours partie.

Et puis, ici, chaque salle a son histoire. Il y a quelques années, j’ai fait l’Olympia. Ce soir-là, en jouant, je me disais “Jimi Hendrix s’est produit sur cette scène !”

 

Comment expliques-tu le succès que tu as acquis auprès des français ?

Je ne sais pas. Peut-être que c’est parce que je suis brut. Je ne suis pas lisse. Je n’ai pas de vernis. Je ne suis pas gentil… je suis un affreux ! (rires)

 

Les artistes sont devenus trop lisses selon toi ? 

La plupart des artistes le sont, oui. On leur crée un personnage. Ce sont comme des chiens savants qu’on habille. Ce ne sera jamais mon cas.  Je suis The Beast From The East (=La Bête de l’Est). J’aime l’authenticité. Peut-être que les gens aiment le fait qu’avec moi, ils peuvent être eux-mêmes. Le rock ‘n’ roll rapproche les gens. Il est dangereux et authentique.

 

Sur ton dernier album Universal Breakdown Blues, tu dresses un portrait plutôt cynique de la société. Tout le monde serait en train de craquer. Est-ce que ça veut dire que tu craques également ? 

Absolument, tous les jours ! Je repars chaque jour à zéro. Chaque jour, chaque minute, chaque seconde, je me renouvelle.

 

Mais où trouves-tu les ressources pour sans cesse te renouveler  ? 

Dans certaines philosophies de vie que j’étudie, dans les gens qui illuminent ma vie. La plus belle chose qu’on m’ait dite, c’est que dans la vie, la seule obligation qu’on est, c’est d’être authentique. Or, tu ne peux être authentique que sur le moment.

Tu n’es déjà plus la personne que tu étais avant de venir à cette interview. A ce moment précis, tu es quelqu’un de différent. Tu ne seras plus la même personne après cette interview. A ce moment précis, on se regarde dans les yeux, on est en phase et on vit le moment présent. C’est ça le rock ‘n’ roll !

 

Tu as d’autres astuces au quotidien ? J’ai entendu dire que tu pratiquais le Tai-chi…

Oui, je pratique le Tai-chi tous les jours. D’ailleurs, ce matin, j’ai fait mon Tai-chi sur le Boulevard Rochechouart et tout le monde me regardait bizarrement !

Il y a deux ans, j’ai eu un très grave accident. Je me rendais à un concert et mon van s’est retourné. J’ai failli mourir. J’ai été grièvement blessé et aujourd’hui, j’ai plus de mal à me déplacer. C’est pour ça que sur scène, je reste souvent assis. Mais bon, c’est la vie ! Et le Tai-chi me fait du bien.

 

Le Tai-chi est une discipline spirituelle. Tu te considères comme quelqu’un de spirituel ? 

Oui, et je pense que la musique elle-même est spirituelle. Quand tu joues des percussions par exemple, tu invoques les esprits. Dans toutes les cultures, il y a des percussions. Les chamanes appellent les esprits à l’aide grâce aux percussions. C’est aussi ce qu’on fait sur scène. Un bon concert de rock, c’est une expérience spirituelle et tout le monde doit être transporté dans une autre dimension.
labrucette-popa-chubby

 

D’ailleurs, hier soir, ton batteur et toi,  vous nous avez offert un duel incroyable. Nous étions tous en transe. 

Oui, les gens oublient leurs problèmes. Pendant une minute, ils sont simplement là, ils sont engagés. Pouvoir créer ça, c’est une façon merveilleuse de gagner sa vie. De toute façon, je ne saurais rien faire d’autre.

 

Comment as-tu appris à jouer de la batterie ? As-tu appris la guitare ou la batterie en premier ?

J’ai d’abord appris la batterie. Quand j’étais petit, il y avait une émission TV le soir appelée “The Johnny Carson Show”. C’était un talk show et le batteur de l’émission était Buddy Rich. Pour moi, il sera toujours le meilleur batteur au monde. J’étais très impressionné par ce type. Et puis, dans les années 60, il y avait aussi cette chanson des Surfaris “Wipe Out” qui passait beaucoup. Il y avait un super solo de batterie. Du coup, à l’époque, j’avais pris l’habitude de frapper le rythme sur tout et n’importe quoi. A l’école, ça rendait fous mes profs ! Je voulais vraiment être batteur.

Et puis, un peu plus tard, mon père m’a emmené voir Chuck Berry en concert et là, j’ai voulu devenir guitariste. Ensuite, avec tous les groupes Led Zeppelin, les Rolling Stones et Jimi Hendrix, ça m’a convaincu. J’ai commencé à jouer sur des guitares vraiment pourries avec des sons très bruts.

 

Justement, quel souvenir gardes-tu de tes débuts ? 

Quand j’étais gamin, dans ma ville, j’étais un peu le connard de service. J’ai commencé à jouer de la guitare et là, tout le monde m’a trouvé cool. Mes premiers concerts étaient vraiment pourris. Je jouais dans des salles crasseuses, je n’étais pas payé… Un jour, on m’a proposé de jouer au légendaire CBGB, à New York. J’étais fou de joie. J’habitais loin, en banlieue. J’ai dû marcher jusqu’à la gare et prendre le train avec ma guitare et mon ampli Marshall. C’était la galère. J’y ai joué gratuitement mais j’étais aux anges. Quand j’ai raconté à mes potes que j’avais joué là-bas, personne ne m’a cru…

Pareil, il y a quelques temps, j’ai croisé un ancien camarade de classe que je n’avais pas vu depuis des siècles. Il m’a demandé ce que j’étais devenu. Je lui ai dit que j’avais un groupe “Popa Chubby”. Il m’a répondu “Ah oui, je connais ce type.” Je lui ai dit que c’était moi, Popa Chubby. Il m’a répondu “Va te faire foutre, menteur”. Personne ne me croît jamais ! (rires)

 

 J’ai beaucoup aimé la chanson Danger Man sur ton dernier album. Pourrais-tu m’expliquer ce qu’elle signifie ?

En fait, j’essayais d’expliquer à la fille que j’aimais à l’époque qu’elle était avec le mauvais type et que j’étais le bon. Cela n’a pas marché… (rires) mais j’ai quand même gardé la chanson. A l’origine, le blues, le rock ont été perçus comme dangereux. Un mec comme Elvis Presley était perçu comme une menace pour la société. Il faisait si peur aux parents qu’ils brûlaient ses disques, qu’ils interdisaient à leurs filles de le regarder. Pareil, quand Chuck Berry a commencé, personne ne pensait qu’il était noir. Dès que les gens apprenaient qu’il était noir, ils flippaient.

Bo Diddley, aussi ! Lui, c’était mon héros et l’un des mes très bons amis. Bo était l’homme le plus gentil du monde mais il disait : “I’m the Black Gladiator, the Orignator, 500% more man”. Il se créait un personnage comme un genre de rituel tribal. C’était génial !

Howlin’ Wolf, Muddy Waters… Tous ces mecs-là étaient dangereux. Ils sortaient armés et ou avec des rasoirs dans leurs poches. Ce n’est pas un métier très facile. Quand de jeunes musiciens viennent me demander des conseils,  je leur dis que s’il existe quoi que ce soit d’autre qu’ils sachent faire, alors qu’ils le fassent. S’ils ne savent rien faire d’autre, alors ok, ils peuvent se lancer dans la musique… Si tu te lances là-dedans, tu es maudit. Tu ne pourras plus rien faire d’autre.

 

Parmi tes idoles, tu cites de nombreux musiciens noirs : Muddy Waters, Chuck Berry. Par ailleurs, tu reprends de nombreux morceaux de B.B.King ou Jimi Hendrix. Finalement, ne serais-tu pas un musicien noir égaré dans un corps de blanc ? 

(rires) Je n’y avais jamais vraiment pensé mais soyons honnêtes, ce ne sont pas les blancs qui ont créé le rock’n roll, le blues, le jazz… Ce sont les noirs ! Ensuite, les blancs s’en sont emparés et les ont rendus populaires. Mais j’aime penser qu’on a dépassé tout ça, que tout ça n’a plus d’importance. Ce qui est étrange, c’est qu’aujourd’hui, on voit énormément de blancs faire du rock et très peu de noirs. A un moment, ils ont été mis de côté par le système. C’est malheureux.

 

labrucette-popa-chubby-1

 

Si tu devais créer un super groupe comme les Travelling Wilburys ou Superheavy, quels artistes choisirais-tu ? 

Oh, j’adorerais ça. Je monterais un groupe sympa avec, pourquoi pas, des types de New York. J’aime aussi travailler avec des musiciens pouvant tout jouer – jazz, funk, swing, blues, rock – pour pouvoir reprendre toutes sortes de morceaux.

 

J’ai lu une interview dans laquelle tu disais que faire des tournées était financièrement indispensable pour toi. Si tu étais riche, ferais-tu moins en tournée ? 

J’ai envie de répondre oui. Vivre sans arrêt sur la route, c’est difficile. M’engager dans une relation, faire des trucs normaux, c’est impossible pour moi. Parfois, je me dis que ce serait mieux de vivre comme une personne normale mais je change tout de suite d’avis ! (rires) En vérité, j’aimerais pouvoir passer plus de temps en studio, pouvoir tester de nouvelles choses. Par exemple, j’adore la vidéo, j’aimerais faire plus de masterclass vidéo. J’aimerais en savoir plus sur les médecines douces, sur les méthodes de guérison pour les associer avec la musique. Finalement, ce sont deux médecines assez similaires.

 

Qu’est-ce que tu écoutes comme musique autrement ?

J’adore le hip-hop. J’adore ces sonorités. C’est une musique vraiment importante. Une grande partie de la créativité qu’on trouvait au début dans le rock se retrouve aujourd’hui dans le hip-hop. Je vois de très bons groupes émerger comme Alabama Shakes. La chanteuse Brittany Howard a environ 25 ans, elle est épatante !

En fait, j’écoute principalement du jazz, du vieux jazz. Be-bop, hard bop, cool jazz, Miles Davis, Sonny Rollins. Il y a une vieille tradition de jazz à Paris. Les jazzmen noirs américains venaient en Europe car aux Etats-Unis, ils n’étaient pas respectés et ici, ils étaient bien traités.

 

Pourquoi crois-tu qu’ici, l’accueil fut différent ?

Je pense que les Français ont une inclination naturelle pour l’art que les Américains n’ont pas. Ici, vous grandissez en ayant conscience de votre patrimoine. Aux Etats-Unis, ce n’est pas quelque chose que l’ont acquiert facilement. C’est une connaissance à laquelle peu de gens peuvent accéder. Les gens ne vont pas naturellement vers la culture.

 

Est-ce que la musique peut aider à changer ça ?

Je ne suis pas sûr. Avant, je pensais qu’avec une musique de qualité, on pouvait aider les gens à s’orienter. Je suis devenu plus pessimiste avec le temps. Avant, je voulais sauver le monde et maintenant, je me demande si le monde veut vraiment être sauvé.

Un exemple : aux Etats-Unis, on a les OGM. Tout le monde mange ces trucs génétiquement modifiés parce que c’est moins cher et personne n’est vraiment au courant des dangers. C’est la même chose pour la musique. J’ai appris qu’on ne peut pas juger de la qualité d’un disque au nombre de ventes qu’il a fait. J’ai appris à me détacher de ça, à ne pas forcément vouloir séduire la majorité. Je veux juste faire ce que je sais faire, jouer ma musique et rendre les gens heureux.

 

labrucette-popa-chubby-2

 

Tu as une longue discographie derrière toi maintenant. Y’a-t-il un disque que tu préfères parmi ceux que tu as sortis ?

Mon préféré, c’est celui que je viens de publier. Mes disques sont la représentation de ma vie au moment où je les publie. Je ne peux pas préférer un vieil album parce que cela voudrait dire que je considère que ma vie était meilleure à ce moment-là. Je ne suis pas un homme de regrets. Je me concentre sur le présent, sur ce que je suis maintenant. Par ailleurs, pour moi, un auteur-compositeur se doit d’être un commentateur du présent.

 

Et quels sont tes 5 albums préférés chez d’autres artistes ?

Hum, c’est dur ça ! Je dirais “Saxophone Colossus” de Sonny Rollins, “Kind of Blue” de Miles Davis, “Axis : Bold as Love” de Jimi Hendrix. Ensuite, c’est plus compliqué. Je crois que le meilleur live que j’aie entendu de ma vie est celui des Who “Live at Leeds” de 1970. Le son est génial et ils chantent tous. Et pour finir, on va dire “Catch a Fire” de Bob Marley. Mais je pourrais continuer à t’en donner des milliers ! Et toi ? ton Top 5 ?

 

Hum, “The Wild, The Innocent & The E-Street Shuffle” de Bruce Springsteen, “Astral Weeks” de Van Morrison…

Oh oui, cet album est génial ! Van Morrison est quelqu’un de très spirituel et il est aussi très timbré. J’ai lu sa biographie et ses musiciens disent qu’ils avaient l’habitude de voir des anges flotter autour de lui. Van est un génie. “Enlightment” est un album étonnant mais “Astral Weeks” est encore plus incroyable ! C’est très émouvant.

 

Oui, il est impressionnant ! 

Pour finir, disons “Harvest” de Neil Young, le 1er album de Rickie Lee Jones et “Electric Ladyland” de Jimi Hendrix. D’ailleurs, tu n’as jamais repris “1983… A Merman I Should Turn To Be”, ma chanson préférée d’Hendrix. 

Oh mon dieu, c’est ma chanson préférée de tous les temps !! J’adorerais la reprendre… mais je ne peux pas. Elle fait partie de ces morceaux que je ne peux pas toucher. Ce n’est pas qu’une question de notes. Quelque chose dans cette chanson est SACRÉ.

Rien que le thème… ça parle d’un homme qui construit une machine pour vivre éternellement sous l’eau et tout le monde lui dit “non, tu n’y arriveras jamais. C’est contre la volonté de Dieu et la grâce du Roi”. J’en ai des frissons rien que d’en parler… Ils ont vraiment peur de lui parce qu’il va le faire quoi qu’ils en disent. Il se fout de l’opinion publique. Il ignore les gens qui lui disent qu’il va mourir ou qu’il est fou. Et musicalement, c’est divin ! C’est une chanson ahurissante.

Cette chanson et “Have You Ever Been To Electric Ladyland ?”, je ne les reprendrai jamais.  JAMAIS ! Il s’est passé quelque chose en studio au moment où il a enregistré ça, quelque chose qui doit rester secret. C’est drôle que tu me poses cette question car c’est vraiment ma chanson préférée de tous les temps !

Tu n’as jamais repris du Lynyrd Skynyrd ? Je te verrais bien sur “Free Bird” par exemple. 

Ah oui, cette chanson est top ! Je n’y avais jamais pensé, tiens. La prochaine fois que je joue en région parisienne, je reprendrai du Lynyrd Skynyrd. D’ailleurs, tu veux entendre mon histoire avec ce groupe ?

Quand j’avais 17 ans, il y avait un concert de Lynyrd Skynyrd à une centaine de kilomètres de chez moi. Bien sûr, je n’avais pas un rond. Mais avec un copain, on a décidé d’y aller quand même. On a pris le bus. On n’avait même pas d’argent pour rentrer chez nous. On n’avait pas de ticket pour le concert alors on a traîné devant les portes d’entrée. A un moment, le batteur du groupe Artimus Pyle est sorti et il nous a vus. Il nous a demandé si on voulait voir le concert. Bien sûr, on a dit oui. Alors il nous a laissés entrer et il nous a dit d’aller tout devant. On a vu tout le concert au premier rang. C’était incroyable, magique !

 

C’est pour cette raison que de temps en temps, quand j’apprends que des gens n’ont pas pu avoir de places pour mon concert, je les laisse entrer.

 

Tu as de nouveaux projets en route ?

Je suis toujours à la recherche de nouvelles idées. Là, je vais profiter d’être un peu chez moi pour bosser sur le nouvel album. Je ne sais pas encore de quoi il va parler. On verra sur le moment.

Et puis, en 2015, cela fera 25 ans que j’ai commencé à jouer. Je vais enregistrer un album pour l’occasion.

 

On attend ça avec impatience alors. Merci infiniment pour cette interview !

 

labrucette-popa-chubby-i

 

Retrouvez tous les albums de Popa Chubby dont le récent “Electric Chubbyland : Popa Chubby plays Jimi Hendrix” on Amazon. Découvrir la discographie de Popa Chubby.

 

In A Broken Dream

D’un rêve brisé naît un succès…

 

Histoire de muscler ma culture musicale, j’ai reçu en cadeau il y a un peu plus d’un an, le très utile “1001 songs you must hear before you die”.*

Oui, oui, j’ai volontairement employé le mot “muscler” et si ça vous étonne, c’est que vous n’avez jamais eu à soulever ce bouquin qui doit bien peser ses 4 tonnes.

 

Livre - 1001 songs you must hear before you die

 

Ce n’est pas le genre de livres qu’on lit d’une traite comme un roman d’Isabel Allende.

C’est le genre de livres qu’on lit comme un recueil de recettes. On y pioche de temps à autre une nouvelle idée lorsque le temps et l’envie s’y prêtent.

 

Ainsi, j’avais décidé de laisser le hasard me faire découvrir chaque matin un nouveau titre du livre.

Et c’est avec la bonne vieille méthode du livre qui s’ouvre au hasard sur une page que j’ai découvert pour la première fois le morceau “In A Broken Dream” de Python Lee Jackson.

Les Python Lee Jackson sont un groupe de 4 australiens venus tenter leur chance à Londres en 1968. David Bentley, alors chanteur du groupe, écrit un morceau mais sa voix ne lui semble pas adaptée à l’atmosphère de la chanson.

Python Lee Jackson 1966

 

Il décide donc de faire appel à la voix éraillée et groovy de Rod Stewart qui est alors “sans groupe fixe”.

Il œuvrera avec brio sur “In A Broken Dream”.**

 

Le titre sort en 1970 mais passe inaperçu.

Il faudra attendre 1972 pour que le titre refasse surface à l’occasion d’une réédition et qu’il caracole en tête des ventes.

Pour l’anecdote, il se dit que le manager des Python Lee Jackson aurait persuadé Rod Stewart de chanter en échange de tapis pour sa voiture !

 

In A Broken Dream

 

* La préface est signée Tony Visconti. Mais si, rappelez-vous, l’acolyte de David Bowie, celui qui a produit presque tous ses albums et notamment le dernier “The Next Day“. 

 ** Python Lee Jackson et Rod Stewart collaborèrent sur 2 autres morceaux : “Cloud Nine” (reprise intitulée par erreur “Doin’ Fine”) et “The Blues” (autre reprise dont le vrai titre est “How Blue Can You Get ?” qui a été rendu célèbre par B.B.King en 1964). 

[Liste] 7 choses rigolotes à savoir sur Elvis Presley

Today, c’est l’Happy Birthday d’ELVIS !!

L’occasion pour moi de vous livrer quelques anecdotes funky sur le King.

 

Aujourd’hui, Elvis aurait eu 69 83 (2013 – 1935, je retiens 2, j’ajoute 4) 79 ans !

79 ans, ça fait 16,5 ans en années chiens, un chiot rebelle quoi !

 

Elvis Presley en chien - Famous Faces

Youhou, tout le monde à poil ! :p

 

Elvis est né à Tupelo, dans le Mississippi !

 

Tupelo, oui bon c'est central ...

Tupelo, oui bon c’est central …

 

Ce qui est fun à Tupelo et que la plupart des gens n’a jamais remarqué, c’est que … si on mélange les lettres, ça fait le mot Poulet

Mais Elvis n’étant pas fan des Chicken McNuggets, il est parti vivre à Memphis peu de temps après !

Pourtant, c’est joli Tupelo, je comprends pas …

 

Tupelo...

 

Elvis aime bien Memphis !

Il y enregistre son premier tube chez Sun Records qui, à l’époque, n’était pas encore la marque de nettoyant de ton lave-vaisselle mais une super boîte de production de musique noire (c’est quand même beau de voir à quel point les gens sont créatifs !).

Le Match : Sun Records vs Sun Nettoyant Lave-Vaisselle !

Elvis étant blanc, il pense tout de suite à aller là-bas enregistrer son album ce qui est parfaitement logique puisqu’il a un quart de sang cherokee, un quart de sang Ecossais, un quart de sang Irlandais et un quart de sang … Normand de Normandie !  (et oui ma pauvre lucette, c’est fou !! J’étais pas peu fière en le découvrant vu que j’ai un quart normand tout comme lui :p) (du coup, tu vois le coq sur le logo de Sun Records autrement hein !? :p)

 

Comme il est devenu célèbre peu de temps après, ça n’a pas plu à tout le monde !

Le père Sinatra était un brin jaloux de ne pas autant émoustiller les jeunes filles et du coup, il parlait de lui en des termes pas très urbains : “His kind of music is deplorable, a rancid smelling aphrodisiac. It fosters almost totally negative and destructive reactions in young people.”

 

Elvis et Sinatra

Elvis et Sinatra

 

Bon, y’a eu de l’eau sous les ponts depuis hein !

Ils se sont faits des bisous, ils ont chanté ensemble, ils ont échangé leur sang et des bracelets de BFF tout ça tout ça et Frank Sinatra a quand même fini par reconnaître que le gamin du poulet avait du style !

 

Bientôt, je vous raconterai comment Elvis a sauvé une femme de la noyade avec juste une dent. ;D

 

Bruce Springsteen à Bercy - © David Wolff - Patrick

[Live Report] Bruce Springsteen fait sauter les plombs à Bercy (True story)

 

J’attendais ce concert comme un junkie attend son dealer … passant du rire aux larmes avec une facilité déconcertante, à la fois nerveuse et exaltée, surexcitée et exténuée.

 

Bruce Springsteen à Bercy - 4 juillet 2012 - Wrecking Ball Tour

 

Un concert hors du commun par bien des aspects et tant l’électricité était incontrôlable dans la salle.

Non, je suis sérieuse : l’électricité était littéralement incontrôlable !!

 

Ainsi, avant le début du concert, Antoine De Caunes, fondateur du fan-club français du Boss est apparu sur la scène .

Celui-ci nous annonce que depuis le début de l’après-midi, les plombs n’arrêtent pas de sauter !

Il nous invite à rester calmes et à patienter quelques instants au cas où cela se reproduirait pendant le concert.

 

Ambiance ! Ambiance !

Coupera, coupera pas …

Je pense qu’à ce moment-là, tous les spectateurs ont dû croiser les doigts !

 

Puis vient le moment …

Alors que Charlie Giordano et Roy Bittan entament “La Vie en Rose” d’Edith Piaf à l’accordéon, les musiciens arrivent en dansant sur la scène… mais … mais que vois-je ?

Mrs Springsteen aussi est de la partie. “Patti est là” (nous dira plus tard Bruce dans un français approximatif mais si charmant)… je suis aux anges !

En fin de cortège, une guitare à la main, Bruce débarque et Bercy, déjà électrique, prend feu…

 

Bruce Springsteen à Bercy - © Abaca

 

Le E-Street Band est là pour tout donner, Steven Van Zandt nous a prévenu.

Tweet de Steven Van Zandt

Ils démarrent puissamment avec trois morceaux du dernier album : “We Can Take Of Our Own”, “Wrecking Ball” et “Death To My Hometown” entrecoupé d’un “Badlands” à l’énergie dévastatrice.

Le public est survolté, moi la première.

Je chante, je crie, je pleure, je ris, je lance mon poing en l’air, je danse, je saute partout…

 

 

Je retrouve aussi le rituel des pancartes, cher à mon coeur.

Je m’explique : à chaque concert de Bruce, les fans viennent avec le nom de la chanson qu’ils souhaitent entendre écrit sur une pancarte.

Durant le concert, Bruce choisit une ou plusieurs pancartes et offre à la foule une reprise du (ou des) morceau(x) proposé(s).

 

C’est ce qui s’est passé hier soir et alors que je ne m’y attendais pas du tout, le E-Street Band amorce la mélodie de “The E-Street Shuffle”, 1er titre de mon album préféré “The Wild, The Innocent & The E-Street Shuffle” (73).

Un bel inédit plein d’énergie que je n’avais jamais entendu en live et qui m’a énormément touchée.

 

 

Par ailleurs, il fera de nombreux clins d’oeil au 4 juillet, jour si important pour les Américains avec notamment le merveilleux “4th of July, Asbury Park (Sandy)”.

A défaut d’être là-bas, le Boss est bien décidé à faire rentrer les Etats-Unis dans le POPB.

Il reprendra plus tard, seul au piano, le morceau “Independence Day”, véritable moment de grâce.

 

Bruce se fera ensuite séducteur sur “Because The Night”, en duo avec sa femme Patti Scialfa.

 

Bruce Springsteen à Bercy

 

Nombre de ses titres étant parfaits pour jouer avec le public, Bruce ne boude pas son plaisir et nous pousse à la chansonnette très souvent?

C’est le cas sur “Waiting on a Sunny Day” où une jeune fille monte sur scène avec lui pour entonner le refrain mais également lors de “The River” où le 1er couplet est chanté quasi-exclusivement par la foule.

 

Bruce Springsteen à Bercy - © David Wolff - Patrick

 

Le groupe nous offre également une belle parenthèse Soul avec un medley qui met en valeur les talents de fédérateur du Boss dans un “The Way You Do The Things You Do” so hot.

 

Autre moment d’anthologie…

Bruce salue la France “amie de l’Amérique, avant que l’Amérique ne devienne l’Amérique”.

Le groupe entame alors “Born in the USA” … EXCELLENT en live !

Le public repart alors au quart de tour …

Et le groupe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’il enchaîne avec un “Born To Run” jouissif !

 

Bruce Springsteen à Bercy - © David Wolff - Patrick

 

La fin se rapproche et vient la séquence difficile, l’hommage à Clarence Clemons perdu l’année dernière, saxophoniste dont l’ombre gigantesque plane sur la scène depuis le début du concert.

En effet, sur “Tenth-Avenue Freeze-Out”, le groupe se “freeze out” littéralement pour laisser place à un Best-Of du Big Man sur écran géant.

J’ai voulu rester forte mais franchement, quand on connaît le groupe comme je le connais et quand on l’aime comme je l’aime, il faut être un caillou insensible pour ne pas craquer un tout mini peu !

 

A ce propos, le neveu de Clarence, Jake, qui récupère la lourde mission de nouveau saxophoniste du E-Street Band se débrouille vraiment bien et semble très à l’aise.

Moins puissant et moins charismatique bien sûr mais dynamique et prenant un plaisir bien visible à partager la scène avec ce groupe mythique.

 

Bruce Springsteen à Bercy - © David Wolff - Patrick

 

Vient le temps des “au revoir” avec “American Land”.

Le public du POPB fait une ovation à Bruce et son groupe qui nous ont offert un show d’une intensité incroyable !

C’était le meilleur concert de lui que j’ai vu.

Le public était vraiment réceptif et hétéroclite (beaucoup d’étrangers étaient venus l’applaudir).

Le prochain concert pourrait être l’année prochaine si on en croît les rumeurs… et j’ai vraiment envie d’y croire :)

 

La Setlist :

  1. We Take Care Of Our Own
  2. Wrecking Ball

  3. Badlands

  4. Death To My Hometown

  5. My City of Ruins

  6. Spirit In The Night

  7. E Street Shuffle

  8. 4th of July, Asbury Park (Sandy)

  9. Jack of All Trades

  10. Because The Night

  11. Darkness On The Edge of Town

  12. Johnny 99

  13. Darlington County

  14. Easy Money

  15. Waitin’ On A Sunny Day

  16. Promised Land

  17. Apollo Medley

  18. Independence Day (solo piano)

  19. The River

  20. The Rising

  21. Out In The Street

  22. Land Of Hope And Dreams

  23. We Are Alive

  24. Born In The USA

  25. Born To Run

  26. Bobby Jean

  27. Dancing In The Dark

  28. Tenth Avenue Freeze Out

  29. American Land

 

Petit bonus de la soirée, j’ai  été très gâtée hier soir avec plein de beaux cadeaux de la tournée : un tee-shirt, un set de badges et le programme de la tournée. Merci à mon amoureux <3

 

Goodies du Wrecking Ball Tour - Programme + Sac et Set de Badges

 

Tee-shirt de la Tournée Wrecking Ball

 

Il va me falloir du temps pour m’en remettre…

En tout, 3h25 de concert, mes enfants et le plus choquant dans l’histoire, c’est que malgré mes 36 ans de moins, j’étais épuisée bien avant eux…

 

 

“Wild Horses” – The Rolling Stones

 

Il est 17h30, il fait déjà nuit… c’est bientôt l’hiver… le froid… le nez qui coule…

Vous rentrez chez vous crevé(e), la journée a été longue…

 

Vous avez simplement envie de vous affaler dans le canapé et d’allumer la télé.

NOOOON !! Je proteste ! Pas la télé !!! Pas ce soir…

 

J’ai bien mieux pour vous faire passer une délicieuse soirée.

Plongez avec moi dans l’univers doux et réconfortant des Stones et laissez glisser le mauvais souvenir de cette journée.

Appuyez simplement sur “Lecture” et découvrez l’une des plus belles compositions du duo Jagger/Richards.

 

 

Imaginez-vous au volant d’une mustang en quête de votre bulle de calme.

Vous apercevez au loin ce chalet dont vous aviez tant rêvé.

 



Vous y êtes presque… Plus que quelques mètres…

Vous vous garez en face de la maison.

Par la fenêtre, vous voyez le feu crépiter dans la cheminée.

Une légère odeur de bois sec embaume le perron.

Vous passez la porte et pénétrez dans un cocon de chaleur.

Keith joue de la guitare dans un coin, Mick contemple le feu assis dans le canapé.

Il vous invite à vous asseoir près de lui et discuter du bon vieux temps.

Vous vous laissez emporter par cette douce torpeur, vous l’avez bien mérité.

Bonne soirée…